Connaissez-vous l'aéroboxe ? Plus ludique que la boxe, cette pratique est nous dit-on idéale pour une « remise en forme ».

A Rennes, le Cercle Paul Bert et le GIP AGV35 proposent plusieurs ateliers d'initiation inscrits au programme des journées du mois de mars « Jouons l'égalité ».

AGV

La particularité de cette animation tient aux associations qui l'organisent. Une occasion de provoquer la rencontre entre des populations qui se mélangent peu. Et d'amener des femmes éloignées de la pratique sportive à franchir la porte du gymnase !

 

Au sein du groupement d'intérêt public AGV35, Nelly Cabelduc accompagne depuis de nombreuses années les gens du voyage et parmi eux, bien sûr, les femmes. Sensible aux inégalités et aux droits des femmes, elle a dès le début des années 2000 estimé qu'il était « important de travailler avec elles dans le cadre du 8 mars » inspirée notamment à l'époque par les « femmes en noir, ces femmes du voyage qui pouvaient donner de la voix » dans le sud de la France. Et parce qu'elle avait perçu des « plaintes » chez les femmes qu'elles rencontraient dans ce milieu du voyage « encore très machiste ».

Durant quelques années, la participation d'AGV35 a été régulière et a donné lieu non seulement à de beaux échanges mais aussi à la production d'un CD, d'un livre de témoignages, d'une représentation théâtrale... Nelly Cabelduc qui en garde un bon souvenir en a aussi vu les limites notamment avec l'expansion de la religion pentecôtiste peu favorable à l'expression des femmes.

Aller au-delà des a priori

Depuis quelques années, les propositions se sont espacées. Si pour cette nouvelle édition l'AGV revient dans la programmation du mois de mars, c'est à cause de la thématique du sport mais aussi parce que Nelly Cabelduc a saisi l'opportunité « d'un partenariat qui permettait de s'appuyer sur une autre structure » pour une co-organisation. Et en l'occurrence il s'agit du Cercle Paul Bert en la personne de Camille Collet, coordinatrice du service socio sport créé en septembre 2015.

Depuis plus d'un an, en effet, Camille Collet intervient sur les deux aires d'accueil de Rennes. L'objectif du socio sport dit-elle « est d'aller à la rencontre des personnes éloignées de la pratique sportive dite traditionnelle. » Et la jeune femme se réjouit de l'accueil réservé à ses animations par les jeunes rennais non seulement dans les cinq quartiers dits prioritaires mais aussi sur les terrains gérés par l'AGV où elle observe que parmi les jeunes motivé-e-s il y a « plus de filles que de garçons ».

Dans un objectif d'ouverture, le CPB entend aller plus loin. « Chacun a des a priori sur les autres – souligne Camille Collet - le sport est un outil facilitateur pour favoriser la rencontre ; on reste dans un esprit bon enfant où il s'agit surtout de découvrir et de vivre ensemble. » Deuxième étape du projet : permettre aux jeunes des terrains de rejoindre ceux et celles des quartiers voisins pour une pratique commune soit à l'occasion des vacances scolaires soit sur les activités régulières.

Sortir les femmes des caravanes

C'est dans cet esprit que le CPB et l'AGV35 proposent durant tout le mois de mars des ateliers d'initiation à l'aéroboxe. « Nous avons voulu associer les femmes – explique Camille Collet – parce que souvent elles sont enfermées dans leur caravane, à s'occuper de la cuisine, du ménage, des enfants. Peut-être qu'elles ne viendront pas tout de suite, mais nous allons susciter leur curiosité, laisser les portes de la salle ouvertes, et elles viendront bien voir ce qui se passe ! »

Camille Collet vante les avantages du sport proposé. « Ce n'est pas de la boxe – argumente-t-elle – on n'est pas sur un apprentissage de coups ni même sur du face à face. Les exercices se font en ligne et sans contact. C'est une pratique qui associe les techniques de la boxe et celles de l'aérobic ». De quoi séduire tout le monde.

« On a voulu jouer sur la mixité – poursuit Nelly Cabelduc – à la fois la mixité hommes/femmes, mais aussi la mixité voyageurs/non voyageurs. » La salle polyvalente du terrain du Gros Malhon est ouverte à toutes et tous chaque mercredi soir jusqu'au 29 mars. Une volonté des organisatrices de « se donner le temps ».

Geneviève ROY

Pour aller plus loin :
Les mercredis 8, 15, 22 et 29 mars à 19h 30 – salle polyvalente du terrain des gens du voyage, 68 avenue de Gros Malhon près du cimetière de l'Est – initiation à l'aéroboxe à partir de 18 ans – séances gratuites et mixtes animées par le Cercle Paul Bert

Mercredi 5 avril à 18h à la MIR projection du documentaire de Laëtitia Rodari « Parcours de battantes » suivi d'un échange – soirée organisée par le GIP AGV35 et le Cercle Paul Bert en partenariat avec Comptoir du Doc

Powered by CoalaWeb

 

On reste en contact

Grâce à cette rubrique, retournons à la rencontre de femmes qui à un moment de leur parcours ont déjà croisé notre webmagazine depuis sa création en juin 2013...

 

Martha et les "enfants ACZA"

martha

 

Depuis sa création, Breizh Femmes s'intéresse au travail de Martha Diomandé et de son association ACZA qui milite contre l'excision. Pour elle, s'opposer à l'excision, c'est d'abord accompagner les matrones – les exciseuses - vers d'autres pratiques qui permettent de respecter les traditions et d'assurer la formation des petites filles tout en se débarrassant de l'acte mutilant. C'est aussi proposer à ces femmes de rester des membres reconnues de leurs communautés.

Grâce à des campagnes de formation et à la construction de cases de naissance, ACZA est présente dans une quinzaine de villages en Côte d'Ivoire où commence à grandir une nouvelle génération d'enfants qui ne seront jamais excisées et de femmes épanouies dans leur mission d'accoucheuses.

« On ne force personne à venir accoucher dans nos cases – explique Martha Diomandé qui a répondu à quelques questions – mais les femmes qui viennent savent que leur enfant ne pourra pas être excisée. C'est un acte de courage pour elles de s'afficher ainsi. Leurs enfants appartiennent en quelque sorte à l'association. On les appelle les "enfants ACZA" ».

Lire l'interview de Martha Diomandé

Dans la même rubrique, retrouvez également : Céline Boizard ou l'entrepreneuriat comme "une aventure humaine passionnante" ; Anne Lecourt admise dans la cour des grandes.