Dans les politiques publiques, le sport, l'entreprise... qu'en est-il de l'égalité entre les femmes et les hommes et quelle place prennent les femmes en 2018 ?

C'est à ces questions que tenteront de répondre les invité-e-s des tables rondes et autre temps d'échanges proposés les 15 et 16 juin à Vannes.

Pour Armelle Seité-Salaün, présidente du comité égalité du Golfe du Morbihan, ce rendez-vous se veut informatif et pourrait devenir régulier.

 

logo56

 

A l'origine du comité égalité Golfe Morbihan Vannes Agglo il s'agissait essentiellement d'élu-e-s des trente-quatre communes ainsi regroupées qui selon Armelle Seité-Salaün, la présidente, « se lamentaient que les femmes s'investissent si peu en politique ». Deux ans plus tard, en 2016, ce comité devient association et décide de remplacer les animations, souvent « festives » (théâtre participatif, forum) proposées jusque là par des actions plus musclées. « Nous voulons agir en amont des politiques publiques – explique la présidente – faire de la sensibilisation à l'égalité et à la mixité et être une sorte d'aiguillon, comme un stimulateur de ces politiques. »

Avec une volonté d'être « très concret » le comité invite donc des spécialistes mais aussi des habitant-e-s à débattre ensemble. Ainsi, quand Yves Raibaud, chercheur de l'université de Bordeaux, vient aborder les politiques de la ville, les participantes des marches exploratoires organisées à Vannes, sont là également.

Montrer des politiques volontaristes

Dès le vendredi 15 juin, en soirée, c'est l'historienne Eliane Viennot qui ouvrira cet événement intitulé « où sont les femmes ? » à la Maison des Associations. Avec elle, il sera question de langue – et de langage – et surtout bien sûr de la féminisation des mots entre autres des noms de métiers.

C'est le samedi après-midi que le grand public est attendu au Palais des Arts notamment par les différentes associations morbihannaises présentes. Sous la présidence de Anne Patault, vice-présidente de la région Bretagne en charge de l'égalité, et de Gaëlle Abily, directrice de la DRDFE (direction régionale aux droits des femmes et à l'égalité) trois tables rondes seront à nouveau au programme. Là encore, Armelle Seité-Salaün insiste sur l'aspect concret qu'elle souhaite mettre en avant. Concernant les politiques locales, ce sont des mises en œuvre « volontaristes » qui seront présentées par différentes mairies (Lanester, Ploemeur, Séné, etc.) « Nous ne sommes pas là pour faire de la glorification ni de la victimisation – défend la présidente du comité égalité – on va essayer de voir concrètement ce que peuvent faire les communes y compris leurs difficultés. »

Pour parler du monde de l'entreprise, l'association Entreprendre au Féminin Bretagne se joindra à des DRH et des syndicalistes mais aussi au CIDFF, partenaire de l'insertion et de la formation des femmes depuis longtemps. Enfin, Catherine Louveau viendra évoquer la place des femmes dans le monde du sport. « Une après-midi riche - résume Armelle Seité-Salaün – ouverte à tou-te-s et gratuite. » Et qui devrait être la première d'une (longue ?) série. « Nous souhaitons rééditer cette opération à peu près tous les deux ans » dit encore la présidente.

Le Morbihan, qui faisait figure de parents pauvres des départements bretons voilà encore quelques années en termes d'égalité et de sensibilisation aux droits des femmes, semble se réveiller. La ville de Vannes a signé au printemps la charte européenne pour l'égalité. Les Breton-ne-s ne peuvent que se réjouir de ces avancées.

Geneviève ROY

 

Rendez-vous littéraire

livreanneElle écrit l'enfance trahie, l'enfance bafouée, l'enfance meurtrie. Et ce qu'il en reste quand on devient grand-e et qu'il faut vivre avec, vivre quand même. Elle écrit la tendresse qui manque et l'âpreté des mots, la famille en miettes et la dureté des coups.

Pour son premier roman, Anne Lecourt, que Breizh Femmes suit depuis longtemps, livre un tout petit livre qui se lit d'une traite. Mais qui reste en mémoire. Une longue interrogation sur les relations mères filles, ce qu'elles sont et ce qu'elles pourraient être.

Entre résilience et réminiscence, ce personnage qui n'a-pas-de-nom, tangue d'un passé non dit à un avenir à construire ; un beau portrait de femme qui n'a pas fini de nous hanter.

On retrouvera avec bonheur Anne Lecourt le mardi 12 mars à 18h 30, à la Maison de Quartier Saint-Martin (Maison Bleue) pour un échange autour de son précédent livre « Les discrètes, paroles de Bretonnes »

Pour aller plus loin : Sept jours en face de Anne Lecourt, éditions Parole (2019) - 12 €