Appel à témoignages

 

Pour Chloé Nicolas, c'est un préalable : le sexisme existe dans le monde médical « comme ailleurs dans la vie de tous les jours ». La jeune Bretonne, interne en médecine générale au CHU d'Angers, en a fait l'objet de la thèse qu'elle vient de commencer. Ses recherches doivent porter précisément sur l'impact de ces violences dans les parcours de soin des patientes du grand Ouest, c'est-à-dire la Bretagne, la Normandie et les Pays de la Loire. Et ce, toutes spécialités confondues et envers les femmes de tous les âges.

Pour elle, le fait que des femmes de plus en plus nombreuses exercent la médecine ne change pas forcément la situation. D'autant plus estime-t-elle que la majorité de ces femmes exercent en médecine générale et que encore très peu d'entre elles se retrouvent « dans les hautes sphères hospitalières ». Par ailleurs, pense-t-elle, le sexisme fait plus ou moins partie de l'éducation et « certaines femmes peuvent reproduire des comportements qu'on leur a enseignés » mais toutefois, « dans les faits, c'est beaucoup moins fréquent que chez les hommes ».

chloenicolasAttitudes, comportements, langage... peu importe la forme que prend ce sexisme médical, ce qui intéresse Chloé Nicolas c'est ce qu'il induit pour la santé des femmes. «  Les faits ne sont pas la priorité – explique-t-elle - il ne s'agit pas d'analyser le sexisme en lui-même, mais vraiment les conséquences » D'ailleurs ce qu'elle attend des femmes avec lesquelles elle compte s'entretenir c'est bien leur ressenti plus que les faits eux-mêmes. « La définition du sexisme est assez large – précise-t-elle – ce qui m'intéresse c'est les situations où les femmes se sont senties heurtées en tant que femmes ».

Des travaux sur les violences en particulier les violences gynécologiques existent déjà. Ce que cible Chloé Nicolas c'est « tous les types de soins et tous les types de comportements sexistes, pas que les violences, pas que les consultations gynécologiques ». Pour mener à bien ses recherches, la jeune femme lance un appel à témoignage à travers les trois régions qu'elle a identifiées. Les entretiens se feront plus la plupart à distance, en vidéo, ce qu'elle apprécie car dit-elle « ça permet de ne pas porter de masque et c'est mieux pour la communication non verbale ». Les données seront anonymisées.

Si vous êtes intéressée par ce projet, vous pouvez la contacter directement par mail à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. et bien sûr, en parler autour de vous !

 

 

___________________________________________________________________________________

Contribution

DSCN8131Emily Busby est une jeune Américaine de l'école SYA de Rennes.

Pour sa fin de scolarité elle devait rendre un travail en français et a choisi de rencontrer des femmes créatrices d'entreprises.

Breizh Femmes a accepté de publier son article.


Retrouver Les femmes extraordinaires d'Emily : ici !