LarmescrocoOn a cru pendant longtemps que le crocodile pleurait au moment d’engloutir sa proie. Comme un regret, une tristesse qui l’envahirait. On sait maintenant que ses larmes sont juste là pour conserver l’humidité dans ses yeux quand il sort de l’eau pour chasser.

Ne pas se fier aux apparences ; c’est la leçon du monologue « Les Larmes du crocodile » écrit par Eric Leclerc pour dresser le portrait de l’homme violent, un Monsieur Toutlemonde qui cherche des excuses à ses actes et justifie ses débordements par sa propre souffrance.

 

Très vite après une agression ou parfois des années plus tard, il y a toujours un moment où il est important de mettre des mots sur les actes.

C'est en tout cas la conviction de l'association En Parler qui accompagne les victimes de violences sexuelles en proposant des groupes de parole mais aussi d'autres activités collectives.

Les invitées du dernier rendez-vous Femmes en Chemin* organisé par Breizh Femmes, étaient Enora et Geneviève, coordinatrices de l'antenne rennaise de l'association.

enparler2

 

Kham1

A plus de cinquante ans, elle réalise un rêve de petite fille qu'elle ne s'était pas autorisé plus tôt.

Sous le nom de scène de Kham Kha, celle qui fut la première femme 6ème dan de karaté en Bretagne et consacra une bonne partie de sa vie à la photographie, envisage désormais son avenir sous le signe de la musique.

Et espère que la communauté de son pays d'origine, le Laos, sera derrière elle.

 

Dans certaines entreprises, les salarié.es se motivent collectivement pour laisser pousser leurs cheveux.

C'est le cas chez Olga (anciennement Triballat) où depuis deux ans, en soutien au club Soroptimist de Rennes, on invite le personnel à faire don de ses mèches les plus longues. Objectif : avoir au moins dix centimètres à couper en octobre pour participer à la fabrication de perruques au profit des femmes atteintes de cancer.

Cette année, Delphine Maussion, cheffe de projet, faisait partie de l'équipe d'organisation.

 olga1

fernandes1

 

« Pourquoi ne part-elle pas ? Pourquoi ne parle-t-elle pas ? » Questions que l'on se pose souvent en entendant les histoires des femmes victimes de violences conjugales.

Ces histoires, ces mots de femmes, Caroline Fernandes les a entendues pendant vingt ans de sa place d'éducatrice. Des histoires singulières et des ressentis communs qu'elle restitue aujourd'hui en une exposition pleine de délicatesse. Des textes et des dessins où s'invitent la poésie et la douceur.

A voir encore quelques jours à Rennes au Jeu de Paume...

Rendre les patientes plus conscientes de leur traitement et actrices dans leur protocole de soin, leur permettre de se sentir moins isolées. Tels sont les objectifs du Sénopôle Sévigné, association fondée en mars 2020 pour l'accompagnement des femmes atteintes de cancer du sein.

Si elles profitent du mois d'octobre pour présenter leurs activités, les membres de l'association restent « mitigées » sur cette vague rose qui déferle sur la France.

« Ce n'est pas si rose d'être malade » prévient Géraldine Giboire, patiente experte de l'équipe qui redoute les dérives de cette période où les paillettes ont parfois tendance à cacher la dure réalité.

Seno1