Clemence1copiePromouvoir les écrits et les paroles féministes.

Voilà l'objectif de l'association et du festival du même nom, Dangereuses Lectrices, qui présente à Rennes sa troisième édition.

Complice du festival depuis ses débuts, Clémence Lesné s'exprime, elle, par l'image. Alors que l'artiste a désormais posé ses valises loin de la Bretagne, dans ce Canada où elle a choisi de poursuivre sa formation, une exposition mettra ce week-end ses travaux en lumière aux Ateliers du Vent.

 

Elle parle vite ; elle marche vite. Toute sa belle énergie, elle semble la mettre au service d'un travail un peu hors norme.

Des défis, Véronique Sousset en a déjà relevé pas mal. Depuis avril 2020, elle dirige la prison des femmes de Rennes, une mission qu'elle veut vivre comme un vrai service public. « Il ne faut jamais oublier pour qui on travaille – dit-elle – même si, ici, les usagères sont contraintes ».

Son projet : faire de la détention un lieu « ouvert » autour de deux points d'attention : la citoyenneté et les spécificités liées aux femmes.

 

prison1

Martine1

Martine Beaujouan est une femme de convictions. « L'éducation que j'ai reçue et celle que j'ai donnée à mes enfants, j'aimerais la partager » déclare-t-elle.

Longtemps animatrice culturelle, elle se consacre désormais à la mise en place d'un projet de crèche atypique.

Outre une large amplitude horaire pour les parents qui travaillent tôt le matin et/ou tard le soir, ce lieu d'accueil des enfants serait également, au cœur d'un quartier populaire de Rennes, un espace de paroles et de formation pour les mamans.

Reste plus qu'à trouver le local et les financements pour assurer l'embauche du personnel nécessaire.

 

Qui aurait cru qu'elles monteraient un jour sur scène ? Celles que Anne Lecourt avait baptisées les « Discrètes » prennent peu à peu leur envol pour un public toujours plus nombreux.

Le livre de témoignages/portraits consacré à ces femmes invisibles et à leur vie ordinaire au creux de la Bretagne des années 50/60, devient spectacle « multidimensionnel » porté par la compagnie de théâtre Quidam.

Quelques jours avant la première représentation, en fin de répétition, la troupe s'est laissée aller, elle aussi, à quelques confidences.

discretes1

 

sarajulie

Depuis le 22 juin, sur l'Agrocampus de Rennes, on ne parle plus du bâtiment 15 ; désormais les unités de génétique et de production animale sont hébergées dans le bâtiment Rosalind Franklin.

La concrétisation du projet de féminiser les noms de salles et bâtiments sur le campus de l'école d'agronomie rennaise, initié par le club SHEEH, n'est que le début d'une nouvelle histoire. Les étudiantes engagées dans ce club pour l'égalité des genres, ont encore « beaucoup d'autres noms en réserve » et de nombreuses idées pour sensibiliser les élèves.

Rencontre avec Sara et Julie, deux présidentes (ex et actuelle) hyper motivées.

 

 

altertour

 

Chaque année depuis bientôt quinze ans, l'Alter Tour propose une atypique balade à vélo dans un coin de France.

Cette année, il s'agit de la Normandie et de la Bretagne.

Et trois bénévoles de l'équipe organisatrice, Pauline, Céline et Coralie, ont décidé de lui donner un nouveau départ avec une échappée du côté du féminisme.

 

__________________________________________________________________________________

 

Genres, transgenres et mauvais genres

morguy1

 

L'association MOTS POUR MOTS et votre webmagazine Breizh Femmes organisent cette année encore un concours d'écriture.

Pour cette  sixième édition c'est le thème "genres, transgenres et mauvais genres" qui a été retenu par le jury autour de l'autrice Anne Lecourt. 

Les textes d'un maximum de 15000 signes sont à envoyer  au plus tard le 8 novembre.

Ceux que le jury retiendra feront l'objet d'une publication web au printemps 2022 et des lectures publiques pourront également être organisées.

Pour en savoir plus : lire le règlement.