Reso1

Elle tient à commencer l'entretien par une petite visite des locaux. Le Manoir, vieille bâtisse au cœur d'un parc, abrite l'association Réso'Forces avec quelques autres bénéficiaires accompagnés par cet « impulseur de projets ».

Brigitte Chollet est fière de ce « lieu ressource » qu'elle met à profit pour développer ses actions en faveur de personnes souffrant de cancer ou de burn-out. Son objectif : réconcilier travail et maladie ; elle sait qu'une personne sur trois atteinte d'un cancer va perdre son emploi dans les cinq ans suivant l'annonce de son diagnostic.

Si The Land, à l'Ouest de Rennes, lui a ouvert ses portes c'est parce que l'accompagnement qu'elle a imaginé cultive un lien très fort avec la nature, notamment à travers la sylvo-thérapie.

Un parcours qui emprunte différents chemins pour assurer après la maladie « un retour à l'emploi sécurisé et durable ».

C'est plus d'un quart de siècle que l'association le Bougainvillier de Rennes a voulu fêter début janvier à la Maison de Quartier de Villejean. 26 ans, précisément, que cette association fait le pont entre l'Ille-et-Vilaine et la Côte d'Ivoire.

Si elle se consacre actuellement à des projets locaux, des échanges internationaux pourraient reprendre sur le modèle de ses origines.

Pour témoigner de la richesse de relations suivies entre les deux pays, la fondatrice de l'association, Jeannette Badouel avait fait le voyage. Elle est aujourd'hui maire de Logoualé à l'Est de la Côte d'Ivoire et continue à revendiquer avec fierté ses trente ans passés à Rennes.

Jeannette1

 

besoinsetattentes

Bientôt un nouveau centre d'hébergement pour les femmes victimes de violences conjugales à Rennes ? On en rêve. En attendant un projet porté par la ville envisage de "développer de nouveaux dispositifs d'accueil et d'accompagnement".

Pour affermir les premiers éléments de ce travail en cours, des chercheuses de Rennes 2 ont mené une enquête afin d'établir un diagnostic de l'existant mais surtout de connaître les attentes et les besoins des femmes concernées.

Les premiers résultats, présentés à Rennes 2 en novembre, font apparaître un besoin de « trouver un lieu accueillant et sécurisé » et des professionnel.les formé.es et à l'écoute.

 

Tout est parti d'un chiffre rencontré un jour par l'historienne Lucile Peytavin au cours de ses recherches.

En France, la population carcérale masculine représente 96,3% de la totalité des détenu.es.

Elle dit aujourd'hui être alors restée « sans voix » devant cette statistique. Avec l'envie d'aller voir ce qui se cache derrière. Ce qu'elle a découvert sur la réalité des violences et ce qu'elles coûtent à la société a donné lieu à un essai intitulé Le Coût de la virilité.

En novembre, elle est venue présenter ses travaux à Rennes. « On ne nait pas homme violent – défend-elle – on le devient ».

Peytavin

Nkom

Au Cameroun on compte aujourd'hui 3000 avocat.es dont 50% sont des femmes. Lorsque Alice Nkom a débuté sa carrière en 1969, elle était la première et est restée longtemps la seule à exercer cette profession entièrement masculine.

Dans le monde entier, elle est désormais reconnue comme la voix des personnes LGBT du Cameroun. A 76 ans, malgré les menaces et les intimidations, elle poursuit son combat pour la dépénalisation de l'homosexualité.

A l'invitation de l'association CESA Bretagne, elle était via Internet, à la Maison Internationale de Rennes à l'occasion du festival des solidarités.

 

Les Journées Nationales des Prisons ont lieu chaque année au mois de novembre. Après une année 2020 un peu cahotique pour cause de covid, 2021 a permis de renouer à Rennes avec quelques animations destinées à se faire rencontrer le monde carcéral et le grand public.

Le Jeu de Paume, notamment, abritait une exposition photographique. L'occasion d'aller à la rencontre de Françoise Cognet, une des exposantes, par ailleurs bénévole dans deux associations.

Avec la première, elle imagine une seconde vie pour la prison Jacques Cartier ; avec l'autre, elle rend visite régulièrement à des détenus. Ces jours-là, dit-elle, « c'est eux qui m'accueillent ! »

 prison1