Si tout avait été normal, nous aurions retrouvé le club Soroptimist de Rennes comme chaque année en novembre pour la projection d'un film au profit de l'ASFAD. Le rendez-vous a été reporté pour cause de covid et de fermeture des cinémas. En mars, sans doute...

En attendant, les membres du club poursuivent leur travail de l'ombre au profit d'autres femmes en France et dans le monde.

Une étudiante Salvadorienne, en dernière année de Master 2 à Rennes se réjouit d'avoir été choisie pour l'obtention d'une bourse qui va lui permettre de finir sereinement l'année universitaire.

 

carolina

mairie

A Monteneuf (56) l'engagement pour l'égalité femmes/hommes semblait faire partie du paysage politique. A tel point que depuis quelques mois, la commune située entre Rennes et Vannes, songeait à devenir une sorte de modèle, première à exhiber au fronton de sa mairie une devise républicaine d'un genre nouveau.

Hélas, les élections municipales ont rebattu les cartes.

Et les militantes de l'association Les Egalithes ne cachent plus leur déception.

 

C'est un concept de formation original basé sur la prise de parole et qui s'adresse exclusivement aux femmes.

Fanny Dufour, la fondatrice des Nouvelles Oratrices, est partie du constat suivant : même si elles ont des responsabilités professionnelles, les femmes continuent souvent à se sentir illégitimes quand il s'agit de s'exprimer oralement.

Pour conforter ses intuitions et soutenir son travail, elle a conçu et réalisé une enquête à laquelle plus de 700 femmes ont accepté de répondre.

 Les-nouvelles-oratrices-logo-orange

 

leonie

 

Léonie Zago dit être une « femme heureuse qui ne regrette pas [ses] choix ».

Après un début de carrière dans l'événementiel et la communication, elle a eu envie de voler de ses propres ailes professionnellement. Une première expérience de création d'entreprise à trois l'a menée finalement à fonder sa propre société.

Aujourd'hui, elle accompagne les structures qui cherchent à se transformer.

Et se définit comme leur « ange gardien ».

 

Le 25 novembre sera cette année encore dédié à l'élimination des violences à l'égard des femmes. Une journée internationale soutenue par l'ONU et marquée chaque année par de nombreuses manifestations, événements, temps forts, etc. destinés à sensibiliser le grand public à ces questions et à mettre en avant les actrices et les acteurs - associatifs, institutionnels - qui se consacrent chaque jour - et pas seulement le 25 novembre - à cette lutte essentielle à l'égalité des femmes et des hommes.

En cette période de crise sanitaire et de confinement, les programmations annoncées pour ces mois de novembre/décembre sont mises à mal. Afin de ne pas rester silencieux-ses face aux situations difficiles de nombre de femmes et ne pas oublier les victimes des féminicides - près de 80 en France depuis début 2020 -  nous vous proposons un petit retour en arrière avec une sélection d'articles déjà publiés par Breizh Femmes.

 violence3

 

Fieres1

 

Dans ce « paysage désolant » du monde de la culture par temps de covid, l'Imprimerie Nocturne à Rennes se console avec notamment le beau succès du salon des éditeurs locaux Shifumi organisé en partenariat avec les éditions Goater au sein de la Rennaise d'édition voilà quelques jours.

Autre sujet de réjouissance, la parution d'une petite publication engagée, réalisée par et sur des femmes.

Marie Karedwen, une des autrices, revient sur F comme Fièr.e.s et Féministes qui dresse un panorama de femmes inspirantes (nées entre 1797 pour la plus ancienne et 1995 pour la plus jeune) et donne quelques références pour réviser ou développer ses connaissances en matière de féminisme. « Entre exploration et vulgarisation ».

__________________________________________________________________________________

 

Genres, transgenres et mauvais genres

morguy1

 

L'association MOTS POUR MOTS et votre webmagazine Breizh Femmes organisent cette année encore un concours d'écriture.

Pour cette  sixième édition c'est le thème "genres, transgenres et mauvais genres" qui a été retenu par le jury autour de l'autrice Anne Lecourt. 

Les textes d'un maximum de 15000 signes sont à envoyer  au plus tard le 8 novembre.

Ceux que le jury retiendra feront l'objet d'une publication web au printemps 2022 et des lectures publiques pourront également être organisées.

Pour en savoir plus : lire le règlement.