Imprimer

 

altertour

 

Chaque année depuis bientôt quinze ans, l'Alter Tour propose une atypique balade à vélo dans un coin de France.

Cette année, il s'agit de la Normandie et de la Bretagne.

Et trois bénévoles de l'équipe organisatrice, Pauline, Céline et Coralie, ont décidé de lui donner un nouveau départ avec une échappée du côté du féminisme.

 

 

Créé en 2004 par un collectif d'associations engagées dans la mobilisation contre les OGM en agriculture, l'Alter Tour est destiné à sensibiliser les citoyen.nes sur les conséquences pour l'environnement, la santé et la société « du dopage sous toutes ses formes » : pesticides, nucléaire, publicité, évasion fiscale... la liste est longue. Défendant des principes de solidarité, de coopération et de non-violence, l'association est gérée par des bénévoles. Chaque été, ce sont plusieurs centaines de cyclistes (420 en 2021) qui peuvent ainsi découvrir au fil des étapes dans une ou deux régions de France, des initiatives « porteuses de solutions de la transition écologique et sociale ».

Les hommes aux vélos, les femmes à la cuisine

Parti le 12 juillet de Seine-Maritime, l'Alter Tour 2021 arrivera à Brest le 27 août. A plusieurs reprises au cours de ce voyage des « échappées belles » sont proposées sur des thématiques comme celle sur l'exode urbain, voilà quelques jours à Rennes.

Pour la première fois, cette année, une « échappée belle » de quatre étapes partira du 21 au 28 août à la découverte d'initiatives féministes. A l'origine de cette nouveauté, Coralie et deux copines, Pauline et Céline, des trentenaires engagées sur plusieurs fronts, et décidées à faire du lien entre leurs différentes convictions.

« On a d'abord créé un groupe de travail pour rendre l'Alter Tour plus féministe » explique Coralie qui dit avoir remarqué que même si l'organisation se veut égalitaire, « c'est quand même plus souvent les hommes qui réparent les vélos et les femmes qui font la cuisine ! »

altertourDe cette envie de sensibiliser les participant.es est née l'idée d'un parcours propre sur cette thématique. « C'est trop cool – dit encore la jeune femme - de faire carrément un tour à vélo pour visiter des collectifs qui travaillent sur le sexisme ordinaire, la charge mentale, etc. » Et de rêver, déjà, que ce « petit bout de l'Alter Tour » devienne un vrai projet à part entière !

En attendant, c'est à partir du 21 août que seront proposées les étapes avec des militant.es breton.nes dans les Côtes d'Armor et le Finistère. Premier arrêt du côté de Loguivy-Plougras suivi de Roscoff, Irvillac puis Douarnenez.

Au programme, des rencontres, des ateliers, des débats, des interventions d'actrices et d'acteurs de terrain comme le collectif Thomas Bouloù sur la contraception masculine notamment.

Et bien sûr, une vélorution qui devrait avoir lieu dans les rues de Douarnenez en guise de conclusion à cet événement.

Geneviève ROY

En savoir plus, en se connectant sur le site de l'Alter Tour et suivre les étapes en cours sur la page facebook