Cette rentrée 2015 revêt une importance particulière pour l'association Initiatives au Féminin 56 qui depuis quelques mois travaille à Port-Louis, près de Lorient, à l'insertion professionnelle de femmes en difficultés.

Créée officiellement en janvier 2014, l'association repose sur un certain nombre de constats issus d'une enquête réalisée sur l'emploi au féminin dans le Morbihan notamment à Lorient, Vannes, Lanester et Hennebont.

logo

Aujourd'hui, Initiatives au Féminin 56 propose des formations pour permettre à des femmes éloignées de l'emploi de se former dans des secteurs traditionnellement dévolus aux hommes : la mécanique, le transport et le bâtiment. Mais sont aussi ciblés les métiers de demain fournis par le développement du numérique.

La première formation numérique débutera prochainement en partenariat avec la fondation Orange et le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche par le biais des plates-formes MOOC de France Université Numérique.

Zohra Sahli, l'une des fondatrices, insiste sur deux particularités de l'association : des financements issus du mécénat d'entreprises et la volonté de proposer des « formations métiers ». « Accompagner vers l'emploi crée souvent des situations qui ne durent pas – analyse-t-elle – on a constaté qu'il s'agit souvent d'emplois à temps partiel, en contrat à durée déterminé, qui débouchent à nouveau sur des périodes de chômage. »

Pour sa première formation, Initiatives au Féminin 56 a choisi les compétences numériques en tablant sur des emplois à pourvoir dans les années à venir notamment des postes de web-développeur, web-designer ou concepteur de sites. Ce que Zohra Sahli appelle de « vrais métiers ».

Le 4 septembre, à Port-Louis, Initiatives au Féminin 56 organise ses premières assises sur l'emploi des femmes dans le Morbihan. Le matin, une table ronde réunira des représentants institutionnels, associatifs et de grandes entreprises ; l'après-midi, viendront témoigner des « femmes remarquables ».

« Nous les qualifions de remarquables – explique Zohra Sahli – parce qu'elles ont accepté d'aller jusqu'au bout de leur passion ou de leur envie, sur des chemins souvent peu pratiqués et peu praticables, où elles ont réussi. (...) Nous voulons montrer des initiatives vraiment intéressantes pour que d'autres femmes puissent les connaître et que ça leur serve d'encouragement ! »

Plus d'informations sur le site de l'association Initiatives au Féminin 56

Powered by CoalaWeb

 

On reste en contact

Grâce à cette rubrique, retournons à la rencontre de femmes qui à un moment de leur parcours ont déjà croisé notre webmagazine depuis sa création en juin 2013...

 

Martha et les "enfants ACZA"

martha

 

Depuis sa création, Breizh Femmes s'intéresse au travail de Martha Diomandé et de son association ACZA qui milite contre l'excision. Pour elle, s'opposer à l'excision, c'est d'abord accompagner les matrones – les exciseuses - vers d'autres pratiques qui permettent de respecter les traditions et d'assurer la formation des petites filles tout en se débarrassant de l'acte mutilant. C'est aussi proposer à ces femmes de rester des membres reconnues de leurs communautés.

Grâce à des campagnes de formation et à la construction de cases de naissance, ACZA est présente dans une quinzaine de villages en Côte d'Ivoire où commence à grandir une nouvelle génération d'enfants qui ne seront jamais excisées et de femmes épanouies dans leur mission d'accoucheuses.

« On ne force personne à venir accoucher dans nos cases – explique Martha Diomandé qui a répondu à quelques questions – mais les femmes qui viennent savent que leur enfant ne pourra pas être excisée. C'est un acte de courage pour elles de s'afficher ainsi. Leurs enfants appartiennent en quelque sorte à l'association. On les appelle les "enfants ACZA" ».

Lire l'interview de Martha Diomandé

Dans la même rubrique, retrouvez également : Céline Boizard ou l'entrepreneuriat comme "une aventure humaine passionnante" ; Anne Lecourt admise dans la cour des grandes.