La plus ancienne est née en 1160 et la plus jeune en 2003.

Entre Marie de France et Kana Bordier c'est tout le matrimoine littéraire de Bretagne que le 150ème livre publié par les éditions Goater entend éclairer.

Un travail « énorme » de près de 250 noms dont l'éditeur espère qu'il incitera non seulement à s'intéresser au parcours de vie de ces nombreuses autrices mais aussi, et peut-être surtout, qu'il donnera envie de (re)lire ce qu'elles ont écrit.

femmeslettres

 

 C'est un travail de longue haleine qui s'achève avec la parution aux éditions Goater de l'ouvrage intitulé Femmes de Lettres en Bretagne et sous-titré « matrimoine littéraire et itinéraire de lecture ». Dans les mots choisis on sent déjà l'ambition qui sous-tend cet ouvrage. Quelque chose de l'ordre de la découverte, de la balade au pays des mots. Et quand on le feuillette l'impression est encore accentuée par une mise en page aérée, une iconographie riche et variée, un format qui fait de ce livre aussi un bel objet. « Ce n'est ni une encyclopédie ni un dictionnaire » précise l'éditeur et co-auteur Jean-Marie Goater qui insiste sur la notion de « parcours de lecture » ou de « panorama » ; c'est, précise-t-il « un incontournable pour mettre en lumière toute la richesse de la littérature écrite par les femmes ». Voilà tout l'enjeu du matrimoine : rendre leur place aux femmes dans un héritage culturel.

A travers des textes plus ou moins longs, plus ou moins détaillés, tantôt portraits, tantôt notices biographiques, classés dans des rubriques par genre puis de façon chronologique pour chaque genre abordé (roman, poésie, théâtre, etc.) c'est près de 250 autrices qui ont été recensées ; ce qui fait de cet ouvrage selon l'éditeur « le livre le plus ample sur le sujet ».

contiEt derrière ce long travail de recherche c'est aussi toute une équipe de rédacteurs et rédactrices (journalistes, poètes, écrivain-es) qui a œuvré autour de quatre auteurs principaux en français mais aussi en breton et en gallo. Et parce qu'il ne voulait pas « quelque chose de trop austère » Jean-Marie Goater s'est encore appuyé sur une photographe et une illustratrice notamment pour les autrices les plus contemporaines.

Des textes à (re)découvrir et à rééditer

L'idée prend sa source dans un constat : les femmes en littérature comme ailleurs n'ont souvent droit qu'à « la portion congrue ». Pour ce qui concerne celles de Bretagne Gaëlle Pairel, co-autrice, avec la Fédération des Cafés Librairies de Bretagne, avait entamé un travail de reconnaissance en 2011 et présenté un mémoire de Master en 2013. Son travail fut le point de départ de cette longue aventure qui mène aujourd'hui à l'édition de ce volume aux éditions Goater. « C'est un livre un peu majeur pour nous – explique l'éditeur – il s'inscrit dans notre politique éditoriale autour du féminisme et des questions de genre et on sait déjà qu'il aura une influence sur nos publications à venir ».

En effet, l'ambition principale de l'ouvrage est bien sûr de favoriser la lecture de ces textes de femmes trop souvent méconnus. Pour Jean-Marie Goater, il s'agit de « donner envie de découvrir l’œuvre plus que la biographie de ces autrices ». Et les extraits de textes sont du reste assez nombreux pour inviter à cette lecture. Malheureusement, et c'est le sort des artistes tombé-es dans l'oubli, il sera difficile de trouver certains ouvrages. « Ça va être compliqué – reconnaît l'éditeur – il y a beaucoup de choses qui manquent ; on peut trouver les plus anciens en ligne sur Gallica, le site de la Bibliothèque Nationale de France, et j'espère que des éditeurs auront envie de rééditer certains textes ».

Femmes de Bretagne, femmes en Bretagne

Qu'elles soient romancières, poètes, universitaires, illustratrices, voyageuses ou qu'elles écrivent pour le théâtre ou la bande dessinée, le point commun de toutes ces femmes, outre la littérature, est bien sûr la Bretagne. Mais là encore les approches sont diverses. « L'interaction entre auteure et territoire diffère selon l'itinéraire intime et créatif de chacune » écrit Gaëlle Pairel en introduction du livre. Certaines sont nées en Bretagne et vivent ailleurs ; d'autres écrivent ici mais viennent de loin... La dimension régionale n'a pas été souhaitée pour « réduire » comme l'explique Jean-Marie Goater mais plutôt pour ouvrir.

illustratricesDans les œuvres citées la Bretagne est présente, suggérée, parfois rêvée ou fantasmée, de cœur ou de naissance ; certaines autrices s'inspirent de ses paysages sans la citer. « Je n'écris pas la Bretagne mais elle est là en filigrane parce que je vis là » dit ainsi Fabienne Juhel. « Le "en" n'est pas un "de" » précise encore Gaëlle Pairel qui souhaite « ne pas enfermer le matrimoine littéraire de Bretagne dans des frontières étroites ». Ainsi, au fil des pages on rencontrera aussi bien l'illustratrice des Animaux Fantastiques de J.K Rowling, Olivia Lomenech Gill, anglaise née à Cambridge, installée dans les Côtes d'Armor que Rachel Bouvet, originaire de Fougères et aujourd'hui professeure au Québec.

Jean-Marie Goater, comme les autres co-auteurs-trices de cet ouvrage, s'est passionné pour toutes ces femmes et leurs écrits. Parmi les quelques belles découvertes qu'il a faites, s'il aime citer la Comtesse de Murat et ses contes de fées du 17ème siècle, il se réjouit aussi de la place de plus en plus importante que prennent les femmes d'aujourd'hui notamment dans des domaines comme le roman policier ou la science-fiction. « La littérature jeunesse est un secteur extrêmement dynamique et majoritairement écrite et illustrée par des femmes – analyse-t-il - par contre il reste des genres très masculins. Ce travail m'a permis d'apprendre énormément de choses et en tant qu'éditeur je vais m'en inspirer pour la publication d'un certain nombre d'autrices. »

Geneviève ROY

Pour aller plus loin : Femmes de Lettres en Bretagne de Jean-Marie Goater, Gaëlle Pairel, Geneviève Roy, Claude Thomas et une vingtaine d'autres contributeurs et contributrices, mis en page et illustré par Marie Lemarchand, photos de Karine Baudot

Avec les cafés librairies de Bretagne, retrouver du 3 juin au 11 juillet "Bretagne, j'écris ton nom". Pour cette sixième édition, les lectures proposées sur le thème "Vive la vie" seront extraites des oeuvres de Gwénaëlle Abolivier, Ella Balaert, Catherine Cusset, Claire Fourier, Albane Gellé, Fabienne Juhel et Anne Lecourt et portées par les voix de Camille Kerdellant et Rozenn Fournier accompagnées par la musique de Alain Philippe.

 

Pour aller plus loin : Femmes de Lettres en Bretagne de Jean-Marie Goater, Gaëlle Pairel, Geneviève Roy, Claude Thomas et une vingtaine d'autres contributeurs et contributrices, mis en page et illustré par Marie Lemarchand, photos de Karine Baudot

 

__________________________________________________________________________________

 

Genres, transgenres et mauvais genres

morguy1

 

L'association MOTS POUR MOTS et votre webmagazine Breizh Femmes organisent cette année encore un concours d'écriture.

Pour cette  sixième édition c'est le thème "genres, transgenres et mauvais genres" qui a été retenu par le jury autour de l'autrice Anne Lecourt. 

Les textes d'un maximum de 15000 signes sont à envoyer  au plus tard le 8 novembre.

Ceux que le jury retiendra feront l'objet d'une publication web au printemps 2022 et des lectures publiques pourront également être organisées.

Pour en savoir plus : lire le règlement.